Comment l'esprit vint aux Gaulois

J'ai beau tailler, ça repousse toujours...
J'ai beau tailler, ça repousse toujours...

  Après des siècles de cervoise tiède, nos ancêtres les gaulois découvrent le vin par l'intermédiaire des marchands grecs qui abordent les rives de la Méditerranée. Après avoir fondé Massalia en 600 av J.C, ces commerçants intrépides sillonnent toute la Gaule, ouvrent des comptoirs. Et le principal objet de ce commerce se transporte dans des amphores en terre cuite, remplies de la liqueur de Dionysos venue de Grèce ou d'Italie.

 

  Et c'est le coup de foudre immédiat. Les Gaulois, qui n'en produisent pas, se mettent à en boire des quantités invraisemblables, font des ponts d'or aux marchands pour se faire livrer du vin qu'ils boivent pur jusqu'à rouler sous les table. Leur amour du vin devient proverbial, et le marché très juteux.

 

  Les Grecs les observent avec effarement. Pour cette civilisation raffinée, il est impensable de boire son vin pur. Il faut en contrôler les effets, et pour que l'ivresse soit progressive, couper le vin avec de l'eau. C'est ce qu'il font dans leurs banquets, entre musique, poésie et philosophie. Le Gaulois est plus simple. Il décapite les amphores de son glaive, les siphonne lors de banquets orgiaques et finit ivre mort. Et le lendemain, il recommence. C'est peut-être le premier puriste de l'histoire viticole : il boit le vin pour lui même.

 

  Néanmoins, la fréquentation des Grecs pour ces motifs coupablement œnologiques va amener à des échanges culturels importants. Les Druides, de culture orale, se mettent à apprendre et à écrire le Grec. Les Grecs vont engager les gaulois dans leur domaine de prédilection : la guerre. Or une autre puissante est en train de se lever dans le monde antique : Rome. Et c'est elle qui va faire rentrer la Gaule dans la civilisation de la vigne.

 

  Quand Rome conquiert la Gaule, au début du Ier siècle avant J.C, elle produit déjà du vin. Mais il en faut toujours plus. Dans la province de la Narbonnaise, elle installe les vétérans de ses légions qui occupent leur retraite à planter  d'innocents raisins et à les transformer en vin. De grands propriétaires terriens d'Italie créent des domaines viticoles le long de la vallée du Rhône, comme à Donzère. Quand les Gaulois remuants, rétif à l'amicale présence civilisatrice de Rome se révoltent encore avec Vercingétorix, une tribu s'excuse et reste neutre : les Allobroges.

 

  C'est que, après s'être vaillamment fait battre par trois fois par les légions, cette tribu située sur la vallée du Rhône, entre Vienne et le lac Léman a compris que Rome ne maniait pas que le bâton. Et la carotte était alléchante. Après la paix, les chefs Allobroges les plus coopératifs accédèrent au statut de citoyen romain. Avec tous les droits qui vont avec dont celui de planter la vigne. Et ils plantèrent avec la même fureur qu'ils mettaient à faire la guerre. Ce furent, autour de Vienne et de Tain, les premiers raisins et les premiers vins authentiquement Gaulois. Ils furent exportés à Rome, plurent, et à peine un siècle après avoir planté le premier cep, les vins des Allobroges étaient vendus à Rome aussi cher que du Falerne, vin le plus réputé de l'époque.

 

  En devenant viticulteurs, les Gaulois rentraient définitivement dans la civilisation gréco-latine. Ils devenaient gallo-romains. Toutes les tribus se mirent à faire du vin, car outre l'aspect culturel, le vin était à l'époque une source de profit colossal. Les gaulois apprirent l'art de la vinification au contact des leurs conquérants. Mais ils y amenèrent une invention qui était amenée à supplanter  l’amphore : le tonneau. C'est une autre histoire.

 

Nous avons pour vous des vins en cave qui retracent cette histoire. Vous les dégusterez avec la conscience d'une saga vieille de plus de deux mille ans, et peut-être un petit frisson métaphysique...

 

La Clairette de Die, déjà citée par Pline l'ancien comme le "vins des Voconces"(tribu Celte voisine des Allobroges).

 

Domaine Thierry Marcel, notre voisin et ami, vin sucré et effervescent aux arômes fruités de Muscat, en bio.

Pour le vin des Allobroges, c'est aujourd’hui la prestigieuse appellation de Côte-Rôtie.

Domaine Jasmin, Côte-Rotie 2015

Domaine François et Fils, Côte-Rôtie Rozier 2013

 

Deux domaines familiaux de qualité, à des prix encore raisonnables

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0